AUBIERE
Bandeau inférieur

URBANISME / CADRE DE VIE / ENVIRONNEMENT/Visites virtuelles/La Place des RAMACLES

La Place des RAMACLES


Images à 360°: Pour une meilleure lecture des vidéos, nous vous conseillons de télécharger le plug-in Quicktime depuis le site Apple.fr .

La Place des Ramacles

LES RAMACLES
 
 
          Emplacement situé en dehors de l’ancienne ville, entre le ruisseau Artière au sud et le bief desservant les moulins au nord.
(Maisons ouvertes vers le sud à l’endroit présumé des murs de l’enceinte fortifiée, avec escaliers enjambant le bief).
 
              Cette bande de terre très humide, en pente douce, se trouvait plantée de saules courts, osiers, peupliers, etc…, que l’on taillait une fois par an. On disait faire « la mayère ou madière ».
 
               Antoine Vergnette écrivait en 1928 que les origines de cette appellation sont : les Ramacles (1615), les Ramailes (1764), la Ramacle (1796). La forme du patois d’Aubière actuel est la Ramalha dont l’origine latine est Ramalia (branchages coupés), bois sec, d’où l’ancien français Ramaille.
 
               On peut tenir pour vraisemblable que la graphie RAMACLE (ou remacle) dérive de la forme patoise par suite d’une fausse étymologie, sous l’influence des mots terminés par le suffixe –acula-dans le patois d’Aubière.
 
               Avant la Révolution, ce bois était la propriété du seigneur d’Aubière. Les habitants y jouissaient en vertu d’une transaction passée avec le seigneur en 1454, d’un droit coutumier appelé Ramage (faculté de couper des branches et des rameaux). Ce droit avait été accordé aux habitants, à la condition de demander la licence au seigneur, ceci afin de maintenir le principe de la présomption de propriété de ce dernier.
 
               Cette précaution, qui avait été jugée indispensable par le seigneur d’Aubière, du fait de la ruse et de la ténacité de ses sujets, devint inutile sous la Révolution, ce qui permit aux habitants d’usurper ce tènement, de le déboiser et de le transformer en place publique !...